Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

lundi 26 octobre 2020 à 18h30

#StopNeonicotinoïdes

Rassemblement lundi 26 octobre à 18:30 devant la préfecture du Gard 10 avenue Feuchères à Nîmes, pour envoyer un dernier message fort à nos sénateurs, après la campagne ; "qu'allez-vous voter dès le 27 octobre" ?
Compléments d'info réguliers en commentaires de
https://www.facebook.com/coquelicots.fr/posts…

Vous pouvez adresser aux sénateurs gardois
d.boexuad@senaext.fr
l.buexrgoa@senexat.fr
v.loexpez@senaext.fr
le texte suivant en le personnalisant. Demeurez courtois mais incisifs, pas d'insultes ou d'agressions svp.

"...Les néonicotinoïdes sont une catégorie de pesticides aux effets neurotoxiques inhibant des récepteurs jouant un rôle majeur dans le fonctionnement du système chez de nombreuses espèces, y compris chez les humains, provoquant la paralysie et la mort immédiate, mais aussi à des doses infinitésimales la perturbation du sens de l'orientation, de la mémoire et de la capacité de reproduction des insectes entraînant une mort différée. Leurs caractéristiques en font les plus puissants insecticides de synthèse jamais inventés par l'humain. L'utilisation des néonicotinoïdes sur des millions d'hectares et de très nombreuses cultures a conduit à une contamination généralisée, chronique et prolongée des écosystèmes, à l'origine d'une des plus grandes catastrophes environnementales de notre siècle : la disparition des insectes. Ils sont 7297 fois plus toxiques que le DDT, interdit en France depuis presque 50 ans. 80 à 98% de la substance en enrobage des semences part directement dans les eaux et les sols. Ils se transforment en métabolites qui s'accumulent et persistent durablement dans les milieux naturels jusqu'à plus de vingt ans, se disséminent par les cours d'eau et les nappes phréatiques. Tout ce qui pousse sur ces sols contaminés, tout ce qui est hydraté par ces eaux polluées devient à son tour une plante-néonicotinoïde. L'insecticide est transporté par la sève, pénètre la totalité des tissus de la plante qui devient elle-même une plante pesticide, de ses racines jusqu'au pollen.
En France, les apiculteurs ont lancé l'alerte au milieu des années 90. Ils ont témoigné de la mortalité des colonies d'abeilles à la suite de l'autorisation de ces nouveaux pesticides systémiques. 4 milliardièmes de gramme de néonicotinoïdes : c'est la dose d'exposition par insecte qui suffit à tuer 50% d'une population d'abeilles !
Plus de 1 220 études scientifiques, réalisées dans le monde entier, établissent formellement les effets hautement toxiques des néonicotinoïdes qui ne ciblent pas spécifiquement tel ou tel ravageur. Ils sont dits « à large spectre » ; ils impactent les abeilles et les pollinisateurs sauvages, les insectes, mais également les vers de terre, les invertébrés aquatiques, les batraciens, les oiseaux, les poissons, les mammifères, et même les humains. De premières études apparaissent concernant les effets sur la santé humaine.
En limitant la dérogation aux betteraves, soit 450 000 hectares de cultures, c'est près de 27 tonnes de néonicotinoïdes qui seraient disséminées dans le sol."

Source : https://www.facebook.com/coquelicots.fr/posts…
Source : message reçu le 11 octobre 13h