Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

samedi 27 novembre 2021 à 15h

"Une dose ça va ...trois doses"

Ce n' est plus un vaccin,

Ça devient une vraie addiction.

.

D'abord, il y a eu la découverte d'un vaccin qui allait tout chambouler. Et le pauvre COVID allait disparaitre, comme il était apparu.

Puis, on a appris que ce n'était pas suffisant, et qu'une deuxième dose était nécessaire, pour achever ce virus.

Aujourd'hui, on apprend que cet « excellent vaccin », n'est valable que pour quelques mois seulement, et donc qu'il faut renouveler régulièrement les injections.

Bref, ce produit, placé sur le marché (et fort lucratif pour les trusts pharmaceutiques) est donc loin de répondre aux promesses initiales d'éradication d'une épidémie, puisqu' arrive une cinquième vague d'infection.

Peut-être n' est-il qu'un placebo, vendu à prix d'or, pour rassurer les craintes de ceux à qui on a fait peur, à coups de campagnes médiatiques mortifères. Et c'est bien connu, même les placébos provoquent eux aussi des accoutumances.

.

Le COVID est un virus dangereux, c'est indéniable.

Mais on ne le combat pas avec de la poudre de perlimpinpin. Et si des précautions sont nécessaires, elles ne doivent pas être conditionnées par le chiffre d'affaires des lobbies du médicament, et par l'importance des dividendes versés aux actionnaires de ces officines.

Or tel est bien le cas. Car c'est de façon précipitée, que ce vaccin a été massivement fabriqué, alors qu'il n'avait même pas franchi l'étape de l'expérimentation. Et aucune disposition n'a été prise pour qu' un recul suffisant puisse valider (ou non !) sa valeur thérapeutique.

Et aujourd'hui, malgré toutes ces réserves, il est malgré tout imposé à toutes une population, par la contrainte du PASS, cette espèce de véritable « Passeport Policier ».

.

C'est contre cette politique du zigzag « sanitaire », mais surtout contre cette politique du fric que des centaines de milliers de personnes se sont mobilisés depuis cet été.

Ajoutons que toutes ces contraintes imposées arbitrairement par Macron, avec le dit PASS, provoquent une indignation générale, autant chez les gens vaccinés que chez ceux qui ne le sont pas.

Car tout le monde l'a bien compris, ces restrictions de liberté n'ont rien de « sanitaires ». Mais aussi, tout le monde a bien compris que ces mesures liberticides servent avant tout à faire passer tous les mauvais coups qui se préparent, en matière économique (hausse des prix, remise en cause des droits sociaux, précarisation etc…)

Cette colère sourde, n'attend qu'un déclic.

Il ne saurait tarder.

.

Source : message reçu le 22 novembre 10h